{lecture} Millenium 4 Ce qui ne me tue pas

Enfin, j’ai enfin trouvé le temps de finir Millenium 4 Ce qui ne me tue pas entamé il y a déjà quelques semaines. J’avoue avoir eu du mal à me plonger dedans,`peut être parce que j’avais la tête pleine d’autres soucis, ou alors parce que j’avais beaucoup de mal avec les mots suédois à rallonge, mais dès que l’intrigue a commencé à se mettre en place, j’ai littéralement dévoré le livre.

Millenium 4, une vraie suite ?

Certains diront que cette suite de Millenium n’en est pas une. Pourquoi me direz vous ? Tout simplement parce que l’auteur de ce Millenium 4 n’est pas le même que celui de la trilogie Millenium qui a eu tant de succès : Stieg Larsson. Et pour cause, les 3 premiers tomes de Millenium furent tous publiés à titre postume.

C’est donc David Lagercrantz qui a repris la plume pour nous compter la suite des aventures de Lisbeth Salander et Mikaël Blomkvist. Et grand bien lui en a pris.

Millenium 4, ce qui ne me tue pas

Millenium 4 ce qui ne me tue pasLa revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et il envisage de changer de métier. Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda…

Vous allez me dire que je suis gonflée de donner mon avis sur Millenium 4 alors que je n’ai pas lu les 3 premiers tomes… Et oui, honte sur moi, si je suis fane de Millenium c’est grâce à l’adaptation cinématographique suédoise de la saga et de 2 acteurs merveilleux dans les rôles réciproques de Mikaël et Lisbeth : Michael Nyqvist et la belle Noomi Rapace.

J’ai tout de suite était envoûtée par le personnage complexe de Lisbeth et la relation toute particulière qui voit le jour entre elle et le journaliste Mikaël Blomkvist dès le 1er volet. Un mélange de complicité, de protectionnisme, de froideur et d’amour. Car oui, j’en suis sûre, il y a bien une forme d’amour entre ces 2 là.

Et j’ai été ravie de retrouver tout cela dans Millenium 4. Quant à l’intrigue, même si, comme je le disais en introduction, elle a mis du temps à se mettre en place, elle devient complètement captivante dès la moitié du roman. Les événements s’enchaînent alors à toute vitesse, et le style narratif donne encore un dynamisme supplémentaire.

J’attends maintenant avec impatience l’adaptation suédoise (parce que l’américaine, beurkkkk)  et le tome 5, car il n’y a pas de doute : la fin de Millenium 4 laisse pressentir un 5ème volet.

signature

3 commentaires

3 commentaires dans {lecture} Millenium 4 Ce qui ne me tue pas

  1. Stéphanie
    29 octobre 2015 at 9 h 34 min (2 années ago)
    Ce n’est pas mon truc du tout. J’ai essayé (j’essaie toujours) et abandonné…..
  2. Sarah
    10 novembre 2015 at 17 h 31 min (2 années ago)
    Salut Stephh,
    Ton article me donne vraiment envie de lire le tome 4 de Millénium mais je me demande si je vais franchir le pas car je vénère les 3 premiers et je serais vraiment trop dégoûtée de rester sur une déception.
    C’est marrant que tu ai adoré la version suédoise, moi pas du tout! Par contre, j’ai beaucoup aimé le film de Fincher, comme quoi…
    Ton blog est très sympa!
    Au plaisir,
    Sarah
  3. StepHh
    15 novembre 2015 at 17 h 39 min (2 années ago)

    @stephanie je pense que celui ci te conviendrait mieux que les autres, on y parle plus de hackers et de calculs mathématiques que de violences faites aux femmes.
    Merci pour ton gentil mot. J’espère que si tu le lis, tu ne seras pas déçue, je m’en voudrais sinon !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. * Champs obligatoires

Commentaire *